TIENS TA GARDE | TDB - CDN

TIENS TA GARDE (TITRE PROVISOIRE)

creation.png

Texte Clara Bonnet, Guillaume Cayet, Marie-Ange Gagnaux, Aurélia Lüscher, Itto Mehdaoui, Maybie Vareilles
Mise en scène Clara Bonnet, Marie-Ange Gagnaux, Aurélia Lüscher, Itto Mehdaoui, Maybie Vareilles
Interprétation Clara Bonnet, Marie-Ange Gagnaux, Aurélia Lüscher, Maybie Vareilles

Scénographie Emma Depoid
Création silhouettes Cécile Kretschmar
Régie générale Clémentine Pradier, Clémentine Gaud
Regard extérieur Maurin Ollès
Auto-défense Elo

 

Production déléguée Prémisses - Office de production artistique et solidaire pour la jeune création
Coproduction Théâtre de la Cité internationale, Paris ; La Comédie de Saint-Étienne, CDN ; Théâtre Dijon Bourgogne, CDN ; La Comédie de Valence, CDN ; Théâtre de l’Union, CDN de Limoges ; Théâtre du Point du Jour, Lyon
Avec le soutien de La Fonderie - Le Mans ; DIESE # Auvergne-Rhône-Alpes dispositif d’insertion de l’Ecole de la Comédie Saint-Etienne
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Le collectif Marthe fait partie des premiers lauréats du Dispositif Cluster initié par Prémisses, Office de production artistique et solidaire pour la jeune création

Le collectif Marthe est en résidence de création et d’action artistique pour trois saisons au Théâtre de la Cité internationale

Une traduction de la pièce en LSF sera proposée par Géraldine Berger et Isabelle Voizeux à partir de mars 2020

01h45

Qui peut se défendre ? La violence légitime serait-elle réservée à ceux qui dominent ? Les minorités qui luttent pour se faire entendre ou pour seulement survivre, seraient-elles donc condamnées à l’illégitime défense ? À travers les époques et les territoires, des indigènes, des homosexuels, des femmes, exclus du droit à la préservation de soi, ont mis en oeuvre des pratiques individuelles et collectives « pour désapprendre à ne pas se battre ». À Plogoff dans les années 70, des femmes de pêcheurs forment des barricades contre les CRS ; aux États-Unis dans les années 60, le Black Panther Party for Self Defense passe à la violence contre la ségrégation ; dans les ZAD, dans les rues d’aujourd’hui, quelles luttes ? Comment mute-t-on la peur en rage, en puissance ? Avec le théâtre, les arts martiaux et l’enquête de terrain, cinq artistes interrogent ce que l’autodéfense fait aux corps – à commencer par les leurs. Le Monde renversé, première et précédente création du collectif Marthe – à Théâtre en Mai 2018 – soulevait avec la figure de la sorcière, la corrélation entre naissance du capitalisme et assujettissement du corps des femmes. Clara Bonnet, Marie-Ange Gagnaux, Aurélia Lüscher, Itto Mehdaoui et Maybie Vareilles creusent leur réflexion et, avec leur équipe, saisissent la transformation des corps politiques face aux violences engendrées par le système économique et social en place.