HOMO SAPIENS OU QUAND NOUS EN AURONS MARRE DE L'ART DE MAMIHLAPINATAPAI

HOMO SAPIENS OU QUAND NOUS EN AURONS MARRE DE L'ART DE MAMIHLAPINATAPAI

creation.png

Mise en scène Caroline Obin
Avec Mario de Jesus de Barragan, Margaux Desailly, Danielle Le Pierrès, Jaime Monfort, Marcelo Nunes, Ilaria Romanini, Loriane Wagner

Dramaturgie Harry Holtzman
Musique Jérôme Lapierre
Costumes Yvett Rotscheid
Krump Emilie Ouedraogo Spencer
Cascades Elise Ouvrier-Buffet

Production déléguée L’Apprentie Cie ; La Comédie de Saint-Étienne, CDN
Coproduction Théâtre Dijon Bourgogne, CDN ; La Verrerie, Pôle national du Cirque Occitanie Alès ; Archaos, Pôle national Cirque, Marseille ; La Cascade, Pôle national Cirque, Ardèche ; Le carré magique, Pôle national Cirque en Bretagne
Avec le soutien de Fondation E.C. Art-Pomaret
Aide à la résidence CIRCA, Pôle national du Cirque Auch Occitanie ; La Grainerie, Fabrique des arts du cirque et de l’itinérance, Toulouse ; L’Usine, Centre cational des Arts de la Rue et de l’Espace Public de Tournefeuille ; Esacto’Lido, Ecole Supérieure des Arts du Cirque, Toulouse ; Le Théâ tre dans les Vignes, Cornèze ; Espace Culturel des Corbières CCRLCM, Ferrals-les-Corbières

01h30

Après la conférence décalée sur le rire donnée par son clown Proserpine à Théâtre enfin !, Caroline Obin revient, en tant que metteuse en scène, à une forme primitive de son art.
C’est de la rencontre de quatre circassien.ne.s, une danseuse, une comédienne et un musicien compositeur que naît ce spectacle hybride, qui tisse des ponts entre la danse et la physicalité du clown. Homo sapiens ou quand nous en aurons marre de l’art du mamihlapinatapai* est une histoire de nos premières fois. Mettre le sensible au centre de l’histoire, c’est la raison d’être du clown. Ainsi, aller se frotter au clown c’est un peu comme revenir à une forme originelle de notre relation au monde. Caroline Obin s’inspire de la dynamique de l’enfant, de l’homme primitif ou du danseur de krump. Elle tisse des liens entre l’être et l’art, l’art et le rituel, le rituel et la construction d’une société. Elle crée une poésie corporelle brute, qui redonne une place aux gestes premiers et aux balbutiements, aux instincts primaires de notre vie rêvée. À l’aube du crépuscule de l’anthropocène, pour finir en beauté, le temps est venu de nous regarder de l’autre côté du miroir. Peut-être cela nous aiderait-t-il à défricher un passage vers un Homo Suivant ?

 

 

* Mot du Yagan de la Terre de feu qui décrit un regard partagé entre deux personnes dont chacune espère que l’autre va prendre l’initiative de quelque chose que les deux désirent mais qu’aucun n’ose avouer.

 

Dates de tournées

    Saison 21/22

  • du 12 au 15/01/2022
    Théâtre Dijon Bourgogne, Dijon
  • du 8 au 12/02/2022
    La Comédie de Saint-Etienne, Saint-Etienne