Théâtre en mai 2018

DU VENDREDI 25 MAI AU DIMANCHE 3 JUIN 2018

Temps fort dédié à la jeune création, Théâtre en mai est un rendez-vous essentiel dans le paysage théâtral français. Les jeunes compagnies trouvent aujourd’hui à Dijon un espace d’expression précieux entre exigence et bienveillance, en même temps qu’un lieu d’échanges et de débats. Et le public ne s’y trompe pas. Sa fidélité témoigne de sa curiosité et de sa confiance.
Depuis 2013, chaque édition du festival est accompagnée par une grande figure de la scène, pour instaurer un dialogue indispensable entre les générations d’artistes. Se sont ainsi succédés Matthias Langhoff, Pierre Debauche, Jean-Pierre Vincent, Maguy Marin et Alain Françon.
En 2018, Théâtre en mai se déroulera en compagnie du Théâtre du Radeau. Bien connue du public dijonnais, cette troupe à l’histoire exceptionnelle est intimement liée à la naissance du festival puisqu’elle était présente lors de ses premières éditions, il y a bientôt 30 ans. Avec Laurence Châble, François Tanguy et les comédiens fondateurs de la compagnie, le Théâtre du Radeau présentera en ouverture du festival sa dernière création, Soubresaut.

 

« Le Radeau propose des agencements scéniques singuliers faits de corps, textes, voix, lumières, sons, musiques et espaces qui s’entrecroisent, se mêlent, se répondent... Les espaces pourraient être des décors en cours d’installation ou des ateliers de peintre dans lesquels des tables, chaises, cadres et grands châssis seraient dispersés... Le théâtre se montre comme une installation précaire et mobile, faite de choses ordinaires rassemblées et tenant par l’énergie motrice de ceux qui le font. Les paroles, aux sources multiples, sont parfois à peine audibles, parfois dans des langues étrangères, parfois déclamées comme dans un théâtre ancien... La musique, omniprésente, reprend des œuvres classiques et contemporaines qu’elle met en boucle, superpose, mêle à d’autres sources sonores... L’ensemble s’accorde, se lie, se défait, s’oppose. Un espace appelle un geste, un mouvement s’accorde avec la lumière, une robe se fait complice d’une musique, un regard, une parole ou un visage s’allie avec une table, un cadre resté là, un point de fuite temporaire… »
Eric Vautrin - Théâtre Public « Variations Radeau » n°214, octobre 2014

 

 

PRÉSENTATION PUBLIQUE DU FESTIVAL

LUNDI 26 MARS À 19 H
LIEU À CONFIRMER

Entrée libre sur réservation